EN CONSTRUCTION

  Art-thérapie  

 Passionnée d'art, et fondalement soignante, je ne pouvais que m'intéresser à l'art-thérapie. Ce fut chose faite  en  2012, j'entamai une formation en réalisant un DU d'art-thérapie à la faculté de médecine de Tours.

 

L’art-thérapie, « c’est mettre l’Art au service de la bonne santé des être humains » (1).

 

Les êtres humains souhaitent être heureux, avoir une bonne santé comme le définit l’OMS. Dès lors, le bon fonctionnement de l’ensemble des mécanismes humains va déterminer la bonne santé. Mais celle-ci ne suffit pas pour accéder au bonheur. Cette distinction amène à associer VIVRE à la bonne santé et EXISTER au bien être. En art-thérapie, l’Art permet d’accéder à la santé des personnes et d’interférer sur la qualité de celle-ci, en favorisant un certain bien-être. Ainsi rééduquer, raviver ou restaurer la qualité existentielle des personnes sont les objectifs premiers en art-thérapie.

[1] FORESTIER Richard, Profession art-thérapeute, Édition Elsevier Masson, p 15.


L'art-thérapeute exploite le potentiel artistique de l'individu et l'accompagne dans le cheminement, de la comtemplation d'oeuvre d'art, à la pratique artistique, dans le plaisir d'une activité à but esthétique. Le processus artistique peut permettre à la personne de s'exprimer dans un autre langage non verbal mais symbolique.

 

J'ai réalisé mon mémoire sur "Une expérience en Art-thérapie à dominante arts plastiques auprès d’enfants dans une Unité d’Accueil et d’Orientation de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Résumé :

Un enfant soumis dans la réalité à une séparation relative à ses parents est déstabilisé dans son fonctionnement psychique et présente différents symptômes signe de son mal-être. Ce tableau clinique se retrouve chez les enfants placés suite à une décision judiciaire ou administrative. Ce mémoire relate une expérience en art-thérapie à dominante arts plastiques dans une Unité d’Accueil et d’Orientation, dispositif faisant partie de l’Aide Sociale à l’Enfance. Les enfants accueillis sont fragilisés par le placement. Le sentiment d’abandon est présent et favorise l’altération de l’estime de soi. Après avoir relaté la symptomatologie clinique des enfants placés, une approche de l’Art, la spécificité des Arts plastiques au regard des pénalités, deux études de cas nous permettront de mettre en évidence l’intérêt de l’art-thérapie auprès de ce public. Lors des séances proposées, les bienfaits de l’art-thérapie sur l’enfant ont pu être observés. Enfin dans une troisième partie, une discussion nous amènera à débattre de la pertinence de l’art-thérapie sur la qualité de vie des enfants placés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           

                                

 

 

 

FROITIER Marie-Hélène / Nancy / France / froitier.mh@hotmail.com